902.433.2085
1.844.250.8471
Nouvelle adresse / New Address
120B-1741, rue Brunswick, Halifax, Nouvelle-Écosse, B3J 3X8
120B-1741 Brunswick Street, Halifax, Nova Scotia, B3J 3X8

Arrêt Caron c. Alberta

Les avocats francophones de la Nouvelle-Écosse tiennent à ce que vous soyez mieux informés de vos droits et de vos responsabilités. C’est pourquoi ils vous présentent la capsule suivante, portant sur :
Arrêt Caron c. Alberta
Catégorie : 
Résumés d’arrêt

DECISION RENDUE PAR LA COUR PROVINCIALE DE L’ALBERTA

Le 2 juillet 2008

Affaire Caron c. Alberta

Faits :

L’accusé, M. Caron, est inculpé d’avoir violé un règlement visant le code de la route. Il a signifié un avis constitutionnel alléguant que la loi pertinente n’était pas publiée en français et que ses droits constitutionnels avaient été violés.

Demandeur :

M. Caron demande une déclaration pour que la Loi linguistique de l’Alberta soit reconnue inopérante en vertu de la Loi Constitutionnelle de 1982.

Il demande une ordonnance en vertu du paragraphe 24(1) de la Charte pour que les accusations contre lui soient radiées. De plus, il demande une déclaration pour que la législature de la province adopte en français toutes les lois et tous les règlements de la province de l’Alberta. Enfin, il demande aussi une déclaration pour qu’il y ait des procédures en français dans les tribunaux.

Problème de droit :

Est-ce que les droits constitutionnels de l’accusé ont été violés parce que la loi qu’il enfreignait n’était pas publiée en français ?

La Cour provinciale de l’Alberta :

La Cour provinciale de l’Alberta estime que la Loi linguistique de l’Alberta empiète sur les droits linguistiques de l’accusé. La langue maternelle de monsieur Caron étant le français, ses droits linguistiques ont été violés.

Par le fait même, la Cour établit également que le paragraphe 34(2) des Use of Highways and Rules of the Road Regulations du Traffic Safety Act relatif à l’infraction est inopérant.

Ainsi, la Cour déclare M. Caron non coupable.

Le juge déclare inconstitutionnelle la Loi linguistique de 1988 qui a fait de l’Alberta une province unilingue anglaise. En effet, cette loi ne respecte pas les garanties constitutionnelles posées comme condition par les Métis pour l’adhésion de leur territoire au Canada, entre autres, la préservation de la langue française. Ce territoire, l’ancienne Terre de Rupert, sera scindé par la suite pour créer les provinces du Manitoba, de l’Alberta, de la Saskatchewan et les Territoires du Nord-Ouest.

Il s’agit de la première fois qu’un tribunal reconnaît le statut constitutionnel du français en Alberta.

La province a décidé d’interjeter appel.

Attention : Cet article n’est pas un avis juridique
Nos propos sont à titre informatifs et ne remplacent en aucun cas les conseils d’un avocat. Si vous avez des questions, si vous avez besoin d’information en français, communiquez avec l’Association au (902) 433-2085 ou visitez le www.ajefne.ns.ca ou notre page Facebook et nous nous ferons un plaisir de vous aider à trouver des réponses à vos questions.
Parlez à un(e) de nos avocat(e)s gratuitement en personne ou par téléphone au
902.433.2085 (sans frais au 1.844.250.8471)
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram